La fonction "distribuer" (1S) - Sciences de l'Ingénieur

La fonction "distribuer" (1S)

LA FONCTION DISTRIBUER (1S)

 

 Introduction :

L’énergie fournie par l’alimentation, qu’elle soit d’origine électrique ou pneumatique doit être distribuée aux différents actionneurs du système. Deux possibilités peuvent alors être envisagées :
Les organes les plus fréquemment rencontrés de distribution sont :


- Pour l’énergie pneumatique, les distributeurs.

- Pour l’énergie électrique en continu,Les transistors en commutation et les relais électromécaniques.

Nous allons, dans ce cours traiter le dernier cas : distribution de l’energie électrique en continu par un relais électromécanique


 1 - Généralités


1-1 : Principe de fonctionnement d’un relais :

 

La palette en fer doux est attirée par la bobine lorsque celle-ci est alimentée (cf cours d’électromagnétisme). La palette entraîne les contacts mobiles. Ceux-ci passent alors de la position repos (R) à la position travail (T).
Dans l’exemple ci-dessus, le relais possède deux contacts mobiles. Il peut n’y en avoir qu’un seul, ou plus.
De même, il n’y a pas forcément de bornes de sortie du contact repos.
Les contacts prennent le même nom que la bobine. Ils sont représentés sur le symbole dans leur position de repos.

Exemple : Pour la bobine RE4, il y a deux contacts mobiles qui prennent les noms RE4-1 et RE4-2.
Les tensions d’alimentations des bobines des relais (appelées tensions de service) sont normalisées.
Les valeurs les plus courantes sont : 5V, 6V, 12V, 24V et 48 V DC.


 1-2 : Schéma normalisé d’un relais

 

 1-3 : Choix d’un relais

 

Il se rapporte essentiellement au type, à la tension de service de la bobine, ainsi qu’au nombre de contacts et à leur pouvoir de coupure.

 

 1-4 : Forme et présentation des boîtiers de relais

 

Suivant la puissance à commuter et le type de commande, on trouve des relais en boîtier "Dual In Line" (les même boîtiers que les circuits intégrés logiques) ou bien dans des boîtiers spécialisés de grandes dimensions.
Les constructeurs cherchent à rendre aisée la fixation des relais dans les armoires électriques et réalisent les boîtiers en conséquence.

Quelques exemples de relais :

 2- Intérêt du relais

 

2-1 : Gain en puissance

Les relais apportent un gain en puissance important.
Une bobine, alimentée sous quelques volts à quelques dizaines de volts et quelques dizaines de mA, peut commuter quelques centaines de watts à quelques kW.
Soit un relais dont la bobine de résistance 150 W est alimentée sous UB = 12 V. Ce relais commute une charge alimentée sous 230 V AC et consommant 1,5 A.

Repérer sur le schéma le contact travail et le contact repos.
Calculer la puissance PB appliquée pour commander la bobine.
Calculer le rapport des puissances PRL / PB .


2-2 : Isolation galvanique

Cette expression indique qu’il n’y a aucun point commun, même pas la masse, entre la partie commande (l’alimentation de la bobine) et la partie puissance (les contacts du relais). Dans notre exemple, l’absence de liaison électrique entre le 230 V et la commande de la bobine assure une sécurité pour l’électronique de commande et pour l’utilisateur. La valeur de cet isolement est définie par la DDP maximale que l’on peut appliquer entre les contacts et la bobine du relais sans qu’il y ait risque d’amorçage d’un arc électrique.



2-3 : Problème posé par l’emploi des relais

Du fait de la présence de la bobine, le circuit de commande doit supporter d’importantes surtensions lors de l’interruption du courant quand on cesse d’alimenter celle-ci. En effet, lorsque le courant bobine est brutalement coupé, il se produit aux bornes de la bobine une très brève surtension inverse. Si ce phénomène électrique est utile pour le fonctionnement des allumages de voitures, il peut être très dangereux pour le transistor qui alimente le relais. Prenons le cas où la bobine est alimentée par un transistor NPN :

 

Documents joints

Mots-clés

Police pour dyslexie ?
Interlignage double ?